Biodiversité confinés jour 9 : le Rougegorge familier

08/04/2020 - 19:31

Chaque jour, notre ornithologue Maxime Zucca, vous invite à apprendre à reconnaître une espèce parmi la faune visible depuis nos fenêtres, en ces temps de confinement, afin que même les plus urbains d'entre nous, ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir profiter d'un jardin ou même d'un balcon, puissent se reconnecter à la nature. Et vous vous rendrez compte que, même au coeur des grandes villes, il y a des choses à observer que nous ne prenons habituellement plus le temps de voir !

Rougegorge familier © Maxime Zucca

Le froid est parti pour durer... Mais ce matin un Rougegorge chantait de l’autre côté de ma rue, alors que je ne l’avais pas entendu du printemps : il vient probablement de revenir de migration !

Un peu de verdure est nécessaire pour l’attirer...

Car oui, on a beau voir le rougegorge en hiver, c’est un migrateur, et si une partie de nos rougegorges reste en hiver, une partie part. Et de nombreux autres nous arrivent d’Europe du Nord. Les équipes du muséum qui baguent régulièrement au jardin des plantes y ont capturé plusieurs fois des rougegorges bagués en Scandinavie.


© LPO Île-de-France / L. Didion

Il s’approche plus encore des habitations en hiver, à la recherche de nourriture. Pour l’aider à passer l’hiver, de la graisse ou des noix ou des noisettes broyées en miettes lui conviendront : avec son petit bec d’insectivore, il ne peut pas casser les grosses graines de tournesol des mésanges.


© LPO Île-de-France / J.J. Boujot

Il picore sinon dans la litière des feuilles mortes à la recherche des myriades d’insectes, d’araignées et de vers de terre qui s’y trouvent. C’est un oiseau qui passe l’essentiel de son temps au sol : il a d’ailleurs d’assez longue pattes, pour un oiseau de cette taille.


© LPO Île-de-France / O. Laporte

Chez les passereaux, le chant du mâle sert à attirer la femelle autant qu’à défendre son territoire. Bien sûr, les mâles essaient parfois de s’emparer du territoire d’un autre, il y aura bataille. La plupart des oiseaux ne sont territoriaux que pendant la nidification. Les rougegorges le sont toute l’année, mâle et femelle. Du coup, la femelle chante aussi.

C’est un chant cristallin, aigu : https://www.xeno-canto.org/524928

Ils sont parmi les premiers à le lancer en forêt, avant l’aube, et parmi les derniers, alors que le crépuscule tombe. Le cri lui sert aussi à marquer son territoire. Le plus courant est un « tac-tac-tac », lancé en balançant le corps nerveusement https://www.xeno-canto.org/535922

En ville, les rougegorges chantent même la nuit, mais davantage en raison du bruit que de la pollution lumineuse. L’étude des rougegorges de Sheffield, UK, a montré que c’étaient ceux qui nichaient dans les zones les plus bruyantes qui chantaient la nuit. Vont-ils modifier leur comportement en ce moment ?

Il niche au sol, ce qui le rend particulièrement vulnérable vis-à-vis des chats. Le nid est caché sous une souche, une roche... Mais on a déjà trouvé des nids construits dans un arrosoir, ou une botte oubliée dans le coin de l’atelier de jardin. La femelle y couve ses 5-6 œufs en avril ou mai, pendant que le mâle la ravitaille.


© LPO Île-de-France / T. Riabi

Entre 180 et 250 couples nichent à Paris, en nette augmentation au cours des 10 dernières années. Pourtant la tendance est au déclin en France sur la même période. Est-ce l’amélioration des pratiques dans les espaces verts qui s’est faite sentir à Paris ?

La seule étude ayant montré un rôle des ondes électromagnétiques sur la migration des oiseaux l’a été en étudiant les rougegorges. Ce ne sont cependant pas les ondes Wifi ou 4G qui perturbent l’orientation de ces migrateurs, mais les fréquences AM des radios et des appareils électroménagers.

Les jeunes rougegorges ne ressemblent que peu aux adultes. Ils ne garderont ce plumage moucheté que quelques semaines, le temps d'apprendre à faire du vélo

A demain !

Nous remercions la LPO Île-de-France et ses membres pour leurs photos qui nous permettent d'illustrer certains de nos propos.

randomness