Visite de sites remarquables en Île-de-France pour la 2ème rencontre Regreen

17 septembre 2021ContactMarc Barra

L’ARB îdF est l’un des 20 partenaires du projet européen H2020 baptisé REGREEN, dont le thème principal porte sur les solutions fondées sur la nature en milieu urbain. Dans ce cadre, l’ARB îdF a accueilli la deuxième rencontre du projet REGREEN du 13 au 17 Septembre 2021.   

Zone d’expansion des crues, parcs en gestion écologique, friche, toiture végétalisée, écosystèmes restaurés… Plusieurs visites de terrain ont été organisées pendant 3 jours sur différents sites en Île-de-France, région choisie comme l’un des territoires pilotes du projet européen.  

Présentation des sites visités lors de ces rencontres :

Mercredi 15 septembre

Le Petit Rosne réouvert à Sarcelles

La canalisation et l’enterrement du cours d’eau le Petit Rosne a eu pour effet d’accroître les inondations au centre-ville de Sarcelles. Démolition de la dalle de béton, dé-canalisation de la rivière, création d’un nouveau lit et ensemencement des berges, furent autant d’étapes mises en place par le Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement Hydraulique des vallées du Croult et du Petit Rosne (SIAH) pour redonner vie à la rivière. Malgré le faible espace disponible et la forte urbanisation du lieu le Petit Rosne s’est vu doté d’une zone humide et de nombreux aménagements offrants au site une accessibilité totale.  

En savoir plus

Repères

Le projet européen REGREEN vise à favoriser des solutions fondées sur la nature pour la transition écologique des villes en Europe et en Chine.

En savoir plus sur le projet Regreen

 

Découvrir d'autres projets franciliens exemplaires en lien avec les solutions fondées sur la nature 

 

Photos des visites © Gwendoline Grandin, Marc Barra et Lucile Dewulf, ARB îdF

 

Zone d’expansion de crues du Vignois à Gonesse

Afin de combattre les problèmes récurrents d’inondation du quartier du Vignois à Gonesse, causés par la canalisation et bétonisation du lit du Croult, le SIAH a engagé un projet de restauration écologique permettant de créer une zone d’expansion de crues. En 2019, Le Croult est renaturé sur 800m et retrouve un nouveau lit quasiment à l’identique de son lit d’origine, avec des méandres, des berges évasées et végétalisées. L’ancienne mono-culture, dans laquelle s’écoulait la rivière, est transformée en une zone humide de 12 hectares présentant un intérêt majeur pour la biodiversité mais aussi pour la gestion des eaux pluviales. En cas de fortes pluies, la rivière peut de nouveau déborder dans sa zone humide, capable stocker jusqu’à 55 000 m3 d’eau.  

Ce nouvel espace de nature, permet également d’améliorer le cadre de vie et les trames vertes et bleues dans un secteur où l’urbanisation reste dynamique. 

Afin de mesurer l'apport de ce site pour la faune et la flore, l'ARB îdF a engagé avec le SIAH, l'Office pour les Insectes et leur environnement et le bureau d'études naturalistes EcoloGIE un suivi écologique protocolé de la flore, des papillons de jours et de nuit, des odonates, des orthoptères, des chiroptères, des oiseaux, des micromammifères et des interactions flore-pollinisateurs. 

A lire 

Découvrir l'espace en vidéo

La réserve écologique d'Epinay-sur-Seine

La réserve écologique était à l’origine une réserve foncière de la ville d’Epinay-sur-Seine composé d’anciens jardins privés où devait être construit des équipements publics. Laissée en friche pendant plus de 12 ans, la nature a peu à peu repris ses droits pour se transformer en un espace refuge pour la nature sauvage. Fort de ce constat, les équipes municipales renoncent finalement au projet de construction et décide d’ouvrir cet espace de nature aux habitants de la ville tout en maintenant les habitats existants. Inaugurée en 2020, la Réserve écologique accueille des jardins familiaux et partagés, une zone humide, un verger, une zone de phytoremédiation et des espaces laissés en libre évolution. Ce lieu est également devenu un outil de sensibilisation à la nature en ville : chaque année, plusieurs milliers de personnes, enfants et adultes, viennent participer à des projets pédagogiques et d’ateliers portés par la ville d’Epinay-sur-Seine.  

A lire

Jeudi 16 septembre

Murs à pêches, Montreuil

Les “Murs à pêches" étaient des murs utilisés pour la culture de pêchers à Montreuil. Avec la fin de la production de fruits au XXème siècle, les vergers et les murs furent progressivement détruits et disparurent presque dans le tissu urbain. La ville de Montreuil a mis en programme de protection de ces murs à pêches depuis quelques années, avec l'aide d'initiatives citoyennes et d'associations. Ce programme se base sur 4 thèmes principaux : l'agriculture urbaine avec la création de micro-fermes, l'héritage, la culture et la biodiversité avec la création de corridors écologiques et la renaturation de cours d'eau. En 2015, toute une série d’actions a été réalisées visant à préserver le patrimoine des Murs à pêches, au travers notamment de la restauration des murs, à renforcer le potentiel naturel du site (avec l’ouverture du ru Gobétue), à l’ouverture au plus grand nombre avec les sentiers de la biodiversité, à l’ouverture d’un nouveau jardin public (le Jardin du partage). 

En savoir plus 

Parc des Beaumonts, Montreuil

Avec ses 24 hectares, le parc des Beaumonts est l’un des plus grands espaces verts du territoire d’Est Ensemble. Ancienne carrière de gypse, cet espace est ensuite utilisé pour la production de champignons avant d’être laissé à l’abandon. Dès les années 80, le site est petit à petit renaturé avec notamment la création d’un espace naturel de 11 hectares, lui permettant de rejoindre le réseau européen Natura 2000 qui recense les espaces natures de qualité, habité par une faune et une flore rares ou fragiles. Aujourd’hui, l’ensemble du parc est géré de manière écologique, dont une moitié est sanctuarisé (fermé au public et non géré) pour favoriser une libre évolution de la nature. À des fins de pédagogie et sensibilisation, trois observatoires donnent directement sur cette zone sauvage. Les gestionnaires assurent le suivi de la flore et de la faune à travers l’utilisation de protocoles de sciences participatives. 

A lire 

Le Jardin naturel Pierre-Emmanuel, Paris

D’une superficie de 6 500 m2, le Jardin Naturel, créé en 1996, est un parc du 20e arrondissement de Paris dont la conception a fait appel à l’ingénierie écologique. L’objectif du projet était de recréer une mosaïque de milieux naturels représentatifs de l’Île-de-France au cœur de Paris. Un des premiers enjeux a été de recréer des écosystèmes fonctionnels à partir de terres calcaires issues de chantiers urbains et de composer avec des sols pollués aux hydrocarbures. Les travaux et l’approvisionnement en plantes locales ont été supervisés par un écologue de l'Office de Génie Écologique.

Pelouse calcaire, prairie, mare et friche urbaine, le jardin naturel sont aujourd’hui gérés de façon écologique en respectant les cycles biologiques des espèces et laissant des espaces en libre évolution.

En savoir plus

Vendredi 17 septembre

La Petite Ceinture de Paris

Construite autour de Paris pendant le second empire (1852 - 1869), la Petite Ceinture est une ligne de chemin de fer de 36 km qui assurera le transport de passagers jusqu'en 1934 et de marchandises jusqu'aux années 70. Dans le 15ème arrondissement, elle desservait notamment les usines Citroën (parc André-Citroën) et les abattoirs de Vaugirard (parc Georges-Brassens). Depuis l’arrêt de la circulation des trains, la végétation s’est installée spontanément sur les talus, le ballast, les ponts et les murets, formant différentes strates végétales où peuvent trouver refuge de nombreuses espèces animales. L’Association Espaces assure la gestion de la Petite ceinture du 15e arrondissement et met ainsi en place une gestion différenciée. Certaines portions sont maintenues en friche pour créer des zones refuges pour la biodiversité. 

A lire

A regarder 

Les berges de Seine sur l’Île-Saint-Germain 

Les berges de la Seine en Ile-de-France sont très artificialisées. On y retrouve des enrochements, des perrés, des digues bétonnées ou encore des palplanches. Ces aménagements ont contribué à diminuer la qualité physico-chimique, hydromorphologique, et écologique de la Seine. Sur le secteur de l’île Saint-Germain, l’association Espaces a entreprit depuis 1999 l’aménagement des berges en génie végétal. Pour cela, plusieurs opérations ont été effectuées par l’association : stabilisation des berges avec des fascines de saules, création de roselières pour limiter l’érosion et d’îlots végétalisés… Au total, sur le secteur de l’Île Saint Germain, 575 mètres de berges et 300 mètres de talus ont été restaurées à l’aide de technique issues du génie végétal.  

A lire

La toiture végétalisée de l'école des Sciences et de la biodiversité de Boulogne-Billancourt 

L'école des Sciences et de la Biodiversité est un des bâtiments exemplaires d'Île-de-France en matière de de toiture et murs végétalisés, fruit d’un partenariat entre architectes et écologues. Sur la toiture, la profondeur de substrats varie entre 30 cm et 1 mètre permettant de créer une multitude d’habitats allant de la prairie à la « micro-forêt » urbaine. Cet espace est accessible aux enfants et aux équipes éducatives qui organisent des sorties d'éducation à la nature et des ateliers pédagogiques. La façade du bâtiment a été pensée de façon à évoluer dans le temps et accueillir une végétation de paroi. La géométrie variable des murs offre des sites de nichage pour différentes espèces d’oiseaux et permettra éventuellement l’accueil de chauve-souris. 

Des inventaires réguliers de la faune et de la flore y ont été mis en place sur la toiure pour suivre l'évolution de la biodiversité, en plus d'être un des sites étudiés par l'ARB îdF dans le cadre de l'étude GROOVES. La toiture fait actuellement l’objet d’un réensemencement à partir d’épandage de foin et de graines (Sauge des prés, Brome érigé, Amourette) récoltées dans une prairie à proximité. L'agence d’architecture Chartier Dalix et l’écologue Aurélien Huguet, à l’initiative de cette opération, souhaitent faire évoluer la composition floristique vers une plus importante quantité d’espèces vivaces, florifères, locales et adaptées aux conditions du site. 

A regarder 

Cette page est reliée aux catégories suivantes :
Projet européen REGREEN | Solutions fondées sur la nature (SFN)