Le Système d'Information de l'iNventaire du Patrimoine Naturel (SINP)

03/08/2020 - 14:52

Créé en 2005, le Système d'Information de l'iNventaire du Patrimoine Naturel (SINP - initialement Système d'Information sur la Nature et les Paysages) est un dispositif partenarial entre le ministère chargé de l'environnement, l'Office français de la biodiversité, le Muséum national d'Histoire naturelle, les associations, les collectivités territoriales, les établissements publics ou privés, les services déconcentrés de l'État. Il vise à favoriser une synergie entre les acteurs œuvrant pour la production, la gestion, le traitement, la valorisation et la diffusion des données géolocalisées relatives à l'inventaire du patrimoine naturel (biodiversité et géodiversité). C'est un réseau d'acteurs qui mettent en partage l'information naturaliste qu'ils détiennent selon un ensemble de méthodes et de règles communes.

Naturalistes en plein inventaire aux Inventaires éclairs 2018 © O. Ricci | ARB îdF

Le SINP a ainsi pour objet de structurer les connaissances sur la biodiversité : espèces (faune, flore, fonge) d'une part, habitats naturels ou semi-naturels d'autre part, et la géodiversité afin de mettre à disposition ces connaissances au plus grand nombre (et selon les réglementations en vigueur). Il couvre l'ensemble du territoire national (métropole et outre-mer) et porte sur le domaine terrestre comme marin.

Les connaissances ainsi partagées doivent notamment permettre l'élaboration et le suivi des politiques publiques, la mise à disposition des citoyens d'informations suffisantes pour permettre le débat public (en particulier à travers les publications de l'observatoire national de la biodiversité), de faciliter la prise de décision dans un cadre démocratique, de décloisonner les informations entre autorités publiques, citoyens et acteurs économique et de permettre les rapportages correspondants aux engagements européens et internationaux.

Mise en œuvre SINP en Île-de-France

En Île-de France, la mise en œuvre du SINP est pilotée par la DRIEE Île-de-France, avec le co-pilotage de la Région Île-de-France. La DRIEE et la Région ont confié la mise en œuvre du volet nature du SINP à plusieurs acteurs de par leurs compétences ou leur implication historique sur la connaissance naturaliste.

Deux bases de données régionales « de référence » ont été désignées pour permettre le partage des données relatives aux espèces (thématique « occurrences de taxons » du SINP) au niveau régional et avec la plateforme nationale :

  • pour la flore et la fonge, la base de données FLORA du Conservatoire botanique national du Bassin Parisien (CBNBP), centralise les données produites par les agents du CBNBP mais également par un réseau de correspondants à l’échelle régionale. Elle regroupe maintenant également l’ensemble des données flore que les contributeurs au SINP souhaitent partager ;
     
  • pour la faune, la base de données Cettia îdF, administrée par l’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France et développée en lien avec Seine-et-Marne Environnement. Adossée à un outil de saisie régional multi-taxon, elle est alimentée par la saisie en ligne des observations de l’ensemble des acteurs qui le souhaitent en vue d’un partage de leurs données. Elle est également alimentée par l’import de données déjà saisies par ailleurs.

Le partage des données d'une part et leur consultation d'autre part ont lieu à travers différents outils qui constituent une plateforme régionale composite.

Schéma d'organisation du SINP en Île-de-France :

 

Le SINP Île-de-France en pratique

Quelles données partager dans le SINP ? Quels producteurs de données sont concernés ?

Le SINP a pour vocation première de permettre le partage et la diffusion des données naturalistes publiques, Il s’agit en particulier les données produites par les acteurs publics ou à leur demande. Les autres producteurs de données naturalistes peuvent également les partager volontairement dans le cadre du SINP afin de contribuer à l’amélioration de la connaissance et permettre une amélioration de la prise en compte des enjeux nature et biodiversité dans les projets et décisions d’aménagement du territoire et dans la gestion des espaces naturels.

Par ailleurs, la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a créé l’Inventaire national du Patrimoine naturel (dont l’État assure la conception, l’animation et l’évaluation) et rend obligatoire la contribution des maîtres d’ouvrage publics et privés à cet inventaire. Cette contribution concerne les données brutes de biodiversité acquises à l’occasion des études d’évaluation préalable ou de suivi des impacts réalisées dans le cadre de l’élaboration des projets, plans, schémas, programmes et autres documents de planification (article L411-1 A du code de l’environnement). Elle intervient par un dépôt de ces données en ligne par saisie ou versement via un téléservice dédié. Les données ainsi téléversées alimentent alors l’inventaire du patrimoine naturel en intégrant le SINP. Les modalités du dépôt légal, par saisie ou versement sont décrites sur le site Naturefrance.
 

Comment partager des données ?

Plus largement en Île-de-France, le partage des données est réalisé par leur versement dans l’une des 2 bases de données régionales du SINP Île-de-France. Les données faune doivent être versées dans Cettia îdF et les données flore prioritairement versées dans FLORA. Cependant, Cettia îdF est doté d’un outil de saisie en ligne multi-taxons et qui peut être utilisé pour saisir des données d’observation de la faune et de la flore. Les jeux de données comportant des données faune et des données flore peuvent ainsi être versés dans Cettia îdF par facilité. L’ensemble des données flore présentes dans Cettia est importé dans FLORA annuellement.

  • Versement des données dans FLORA

Les principales sources d’informations regroupées dans FLORA sont : les inventaires contemporains de terrain, la bibliographie et les herbiers.
La réalisation des inventaires de terrain nécessite une connaissance approfondie de la flore locale. Il est donc fait appel à tous les botanistes : aux salariés du CBNBP mais aussi au réseau des correspondants du Conservatoire qui lui transmettent régulièrement les données qu’ils ont collectées via des bordereaux normalisés. Sont également versées dans FLORA des données collectées dans le cadre d’études ou d’observations opportunistes (directement auprès du CBNBP ou via la base de données Cettia îdF, qui est dotée d’un outil de saisie en ligne).

Pour en savoir plus sur le réseau des correspondants et les bordereaux : http://cbnbp.mnhn.fr/cbnbp/cbnbp/correspondant.jsp.
Contact : Fabrice Perriat (fperriat@mnhn.fr)
 

  • Versement de données dans Cettia îdF

Le versement des données dans Cettia îdF peut être réalisée de 2 manières :

Pour toute information ou appui relatifs à la saisie dans Cettia îdF, vous pouvez vous rapprocher de l’ARB îdF (sinp@institutparisregion.fr ou ophelie.ricci@institutparisregion.fr)

 

Consulter et utiliser les données du SINP Île-de-France
  • Données flore

La visualisation en ligne des données flore du SINP pour l’Île-de-France est possible sur le site du CBNBP. Cet accès en ligne permet une libre consultation à l’échelle communale de l’ensemble des données validées contenues dans la base de données FLORA. Un code d’accès nominatif est fourni sur demande et permet de consulter des données plus précises. Il est également possible de solliciter une extraction de données. Accès et informations détaillées sur ces modalités

  • Données faune

La visualisation en ligne des données faune du SINP pour l’Île-de-France est possible par l’intermédiaire de l’outil Cettia îdF et des atlas dynamiques de l’observatoire régional de la biodiversité gérés par l’ARB îdF. Cettia îdF permet également une visualisation des données flore y ayant été versées.

Les atlas dynamiques présentent en accès libre et en temps réel la répartition des observations d’espèces contenues dans la base de données Cettia îdF par grands groupes taxonomiques.
Il est possible d’accéder de manière plus précise à ces données directement dans l’outil Cettia îdF après connexion (la création d’un compte permet à la fois de consulter les données d’observation et de saisir ses propres observations après avoir accepté les conditions de la charte d’utilisation).
Enfin, il est également possible de solliciter une extraction de données en faisant la demande auprès des administrateurs de la base de données par l’intermédiaire du formulaire de contact ou par mail (sinp@institutparisregion.fr) en indiquant :

  • le nom et les coordonnées de la personne/structure qui sollicite l'extraction,
  • le périmètre concerné par la demande d'extraction,
  • les taxons concernés,
  • le nom et la nature de l'étude pour laquelle est sollicitée l'extraction
  • le nom du commanditaire de l'étude.