La réserve naturelle régionale du Marais de Larchant

29 juin 2020ContactOlivier Renault

 

Située sur le territoire de la commune de Larchant, au sud du département seine-et-marnais, la réserve naturelle est ouverte à l'est sur le Loing et délimitée à l'ouest par une côte descendante du plateau du Gâtinais constituant l'extrémité orientale de la grande plaine de Beauce. Le régime hydrologique conditionne étroitement l’intérêt biologique de la réserve; grande originalité pour un marais, celui de Larchant n'est pas alimenté par un cours d'eau pas plus que ses eaux ne s'écoulent vers une rivière. L'alimentation se fait par des sources à l'intérieur ou sur les marges du marais, correspondant à des résurgences de la nappe phréatique de la Beauce, l'un des plus grands complexes aquifères de France. Ainsi, les variations du niveau de l'eau ne sont pas annuelles, mais pluriannuelles avec un assèchement temporaire du marais tous les 10 à 30 ans.

Cette particularité confère au marais de Larchant un intérêt biologique exceptionnel tant du point de vue de la flore que de la faune. En période de hautes eaux, la réserve est particulièrement connue pour son fort potentiel ornithologique. C’est ainsi, que dans les années 1980 des espèces patrimoniales remarquables s'y sont reproduites telles que le Butor étoilé (Botaurus stellaris) qui n'est plus connu en tant que nicheur en Ile-de-France depuis le début des années 2000. A l'inverse, des espèces en cours d'installation dans la région telles que le Balbuzard pêcheur (Pandion Haliaetus) ou l'Aigrette garzette (Egretta garzetta) pourraient se reproduire prochainement sur le site. Ce fut le cas du Héron pourpré (Ardea purpurea) dont la première nidification francilienne recensée a eu lieu au marais de Larchant en 2008. Des travaux entomologiques récents ont aussi mis en évidence l’extrême richesse du marais avec un grand nombre d'espèces inventoriées sur le site telles que la Leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis), un odonate protégé à l'échelle nationale. Aussi, le Campagnol amphibie (Arvicola sapidus), protégé à l'échelle nationale, y est depuis quelques années observé. Enfin, malgré une perte importante d'espèces au cours du XXe siècle, l’intérêt botanique est également très fort et se manifeste par la présence d’espèces protégées telles que la Fougère des marais (Thelypteris palustris) ou le Saule des dunes (Salix repens subsp. argentea).

La Réserve Naturelle Régionale (RNR) du marais de Larchant s'inscrit dans son intégralité dans la réserve de biosphère "Fontainebleau et Gâtinais" de plus de 46 000 ha, désignée en 1998 par l'UNESCO. Par ailleurs, la réserve est incluse dans une zone Natura 2000 classée au titre de la directive européenne "Oiseaux" ainsi qu'une zone classée au titre de la directive "Habitats-Faune-Flore". Aussi, une grande partie du site est inscrite en Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type I ("Marais de Larchant") de 163 ha.

Le marais accueille nombre d'espèces migratrices et présente, notamment de par ses milieux humides bien conservés qui lui confèrent un intérêt et un potentiel exceptionnel en matière de nidification d'oiseaux rares. Avec près de 160 espèces d'oiseaux observées sur le site à ce jour, plus de 70 s'y reproduisent plus ou moins régulièrement telles que le Busard des roseaux (Circus aeroginosus), espèce classée comme étant « en danger critique d’extinction » sur la Liste rouge francilienne, à raison d'un couple nicheur observé presque chaque année. Les roselières du site accueillent d’autres espèces nicheuses telles que le Râle d'eau (Rallus aquaticus), le Héron pourpré (Ardea purpurea) pour lequel la première reproduction francilienne fut mentionnée en 2008 au sein de la RNR ou encore, de petites populations de Bouscarle de Cetti (Cettia cetti) et de Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris). Si le Butor étoilé (Botaurus stellaris) a disparu du domaine, de nombreuses actions sont mises en place pour favoriser son retour avec notamment l'inscription de la réserve au sein du "Plan National d'Action Butor étoilé". Son proche parent en revanche, le Blongios nain (Ixobrychus minutus), s'y reproduit toujours. Le complexe roselière - saulaie inondée convient quant à lui particulièrement aux canards et notamment au Canard souchet (Anas clypeata), espèce classée comme étant « en danger critique d’extinction » en Ile-de-France. Sur les 18 espèces d'oiseaux d'eau menacées dans la région, 7 se reproduisent au moins ponctuellement sur le seul marais de Larchant. D’autres espèces rares ou très rares à l’échelon francilien ont également défrayé la chronique telles que la Pie-grièche grise (Lanius excubitor), hivernante au sein de la RNR ou encore la Cigogne noire (Ciconia nigra), espèce migratrice devenue annuelle en août ces dernières années.

Plusieurs espèces de chauves-souris amatrices de zones humides fréquentent la réserve, et en particulier, le Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus), le Grand Murin (Myotis myotis), le Murin à moustaches (Myotis mystacinus), le Murin de Natterer (Myotis nattererii) et le Murin de Daubenton (Myotis daubentoni). Le marais est aussi un haut lieu de reproduction pour les amphibiens, notamment pour le Crapaud commun (Bufo bufo) dont les effectifs avoisinent les 10 000 individus. Un batracoduc a ainsi été installé pour la première fois au printemps 2011. Côté reptiles on y relève la présence régulière de la Vipère aspic (Vipera aspis), de la Coronelle lisse (Coronella austriaca) et du Lézard vert (Lacerta bilineata). 

Concernant les odonates, près de 40 espèces ont été recensées au sein de la RNR avec parmi elles, l'Aeschne isocèle (Aeshna isoceles), l'Orthethrum à stylets blancs (Orthetrum albistylum) et la Libellule fauve (Libellula fulva). Après 10 années d’absence, la Leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis), espèce protégée à l’échelon national a quant à elle été retrouvée au marais. Autochtone sur le site, il se pourrait que la RNR acceuille l'une des plus grosses populations d'Ile-de-France. Aussi, environ 30 espèces d’orthoptères ont été inventoriées sur le site dont plusieurs sont inféodées aux zones humides: le Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum), le Grillon des marais (Pteronemobius heydenii), la Courtilière commune (Gryllotalpa gryllotalpa), le Grillon des torrents (Pteronemobius lineolatus) ou encore, le Conocéphale des roseaux (Conocephalus dorsalis), toutes déterminantes de ZNIEFF en Île-de-France. Dans les milieux secs, les espèces les plus rares répertoriées sont le Caloptène ochracé (Calliptamus barbarus), espèce rare et protégée en Île-de-France, le Criquet des pins (Chorthippus vagans), déterminant de ZNIEFF dans la région et, la Decticelle carroyée (Tessellana tessellata) assez rare à l'échelon régional. La richesse du site est également liée aux coléoptères pour lesquels l’alternance de secteurs sableux ou tourbeux de digues et de saules dépérissant favorisent un certains nombres d’espèces exceptionnelles. Aussi, la coexistence de coléoptères méridionaux avec des espèces d'affinités boréales montre que la RNR est un espace tout à fait original situé sur un carrefour biogéographique. On peut ainsi y observer Amara majuscula, une espèce sub-boréale dont l'aire de répartition s'étend jusque dans le désert de Gobi et nouvellement observée en France ainsi que, Lamprodila decipiens decipiens, une espèce méridionale inconnue du nord de la France. Quatre coléoptères déterminants de ZNIEFF et protégés en Île-de-France ont été recensés dans la RNR: la Chlénie des vasières (Chlaenius tristis), l'Oode gracile (Oodes gracilis), Panagaeus crux-major et Pterostichus aterrimus. Signalons aussi la présence d'un homoptère protégé au niveau régional et déterminant de ZNIEFF, la Cigale des montagnes (Cicadetta montana) et, d'un Hyménoptère peu courant, la Mellite de la lysimaque (Macropis europaea).

Concernant les papillons de jour, une petite population de Mélitée des mélampyres (Mellicta athalia), autrefois commune mais aujourd'hui assez rare à l'échelle francilienne et une petite population de Nacrés de la ronce (Brenthis daphne), une espèce en cours d'expansion vers le nord ont été découvertes sur le site. Le Cuivré fuligineux (Lycaena tityrus), rare en Île-de-France, a également pu y être observé. Dans les boisements, notons la présence remarquable des deux espèces de Mars changeant et de la Thécla de l'Yeuse (Satyrium ilicis), assez rare dans la région. Enfin, une espèce très rare à l'échelle francilienne a été recensée dans la pâture à chevaux de Camargue: l'Azuré du trèfle (Cupido argiades). Concernant les hétérocères, près de 80 espèces ont été inventoriées dans la RNR, dont la troisième mention française de Brachmia inornatella, la Noctuelle veineuse (Simyra albovenosa), rare en Ile-de-France mais aussi une espèce protégée au niveau régional: l'Ecaille marbrée (Callimorpha dominula). 

Sur le plan floristique, plus de 1000 espèces ont déjà été recensées sur le site et ce en raison d'une forte pression d'observation historique. Les 10m2 de forêt sur sable sont d'un grand intérêt sur le plan botanique car on y retrouve de petites touffes éparses des très rares Corynéphore blanchâtre (Corynephorus canescens), Mibore naine (Mibora minima) et Cotonnière naine (Logfia minima). Dans la saulaie inondée, les zones d'eau libres sont colonisées par l'Utriculaire commune (Utricularia vulgaris), très rare en Île-de-France mais particulièrement abondante dans le marais. Les canaux étroits et les fossés entourant les prairies humides situées à l'entrée du marais accueillent en plus de l’Utriculaire commune, certaines plantes aquatiques patrimoniales telles que le Cornifle submergé (Ceratophyllum submersum), très rare dans la région. Les prairies humides du marais de Larchant, notamment parce qu'elles sont depuis longtemps fauchées puis pâturées, accueillent des espèces rares en Ile-de-France telles que l’exceptionnelle Jonc des chaisiers glauque (Schoenoplectus tabernaemontani), espèce classée comme étant « vulnérable » sur la Liste rouge régionale. Les prairies mésophiles à mésohygrophiles, abritent quant à elles des orchidées mais également le Petit cocriste (Rhinanthus minor), très rare dans la région. Enfin, les digues, fauchées plus ou moins régulièrement accueillent la Fougère des marais (Thelypteris palustris), protégée en Île-de-France et plus ponctuellement le très rare Marisque (Cladium mariscus). Cet habitat comprend aussi l'une des rares stations seine-et-marnaise de Drave des murailles (Draba muralis), espèce protégée en Ile-de-France. Les zones tourbeuses au sol nu accueillent un cortège d'espèces exceptionnelles, dont deux espèces très rares: le Bident radié (Bidens radiata), espèce protégée à l'échelle francilienne, ainsi que la Véronique faux mouron d'eau (Veronica anagalloides) pour laquelle le site constitue sa limite d'aire de répartition.

Nombre de peupliers ont jadis été plantés sur le site et constituent aujourd’hui l’un des problèmes majeurs de la réserve. En effet, les arbres de cette essence forment désormais un perchoir idéal pour d’éventuelles espèces prédatrices telles que la Corneille noire (Corvus corone) ou le Choucas des tours (Corvus monedula) menaçant ainsi l’avifaune affiliée aux roselières. Par ailleurs, la décomposition des feuilles de peuplier dans l’eau du marais enrichit le sol et altère la qualité de l’eau par la libération de composés phénoliques à caractère toxique impactant directement la faune et la flore du site. C’est pourquoi, l’une des actions de gestion menée par l’ARNML consiste à couper les peupliers et à les débarder à l’aide de chevaux de traits ; le site étant difficilement accessible aux engins motorisés. L’un des autres enjeux pour la RNR consiste à entretenir et à favoriser la roselière propice au développement de nombreuses espèces d’oiseaux paludicoles. Des coupes sélectives de saules et du pâturage permettent ainsi de limiter l’extension des saulaies et d’assurer la conservation des différents habitats de la réserve.

Bien que l’accès y soit réglementé, la réserve naturelle régionale du marais de Larchant a aussi pour vocation d’accueillir et de sensibiliser les scolaires et le grand public. Dans cette optique, un observatoire couvert et un mirador ont été aménagés permettant aux visiteurs d’apprécier le patrimoine naturel associé à la RNR.

Repères

Superficie : 123,68 ha

Gestionnaire Association Réserve Naturelle du Marais de Larchant (ARNML)

Pour contacter le gestionnaire :

 

  • Frédéric de Lachaise - Chargé de l'intendance et de la gestion de la réserve
  • Céline Despres - Chargée de suivis scientifiques
  • Mail : contact@ maraisdelarchant.fr
  • Tel : 06 30 39 67 92

Propriétaire : Société SOMALA

Date de classement : 23 juin 1988

Accueil du public : sur rendez-vous

Cette page est reliée à la catégorie suivante :
Réserves naturelles