Rapport | Etat des lieux des connaissances sur les mammifères non volants en région Île-de-France et évaluation des passages contraints du SRCE (2014)

Malgré des enjeux de conservation notables, les mammifères représentent actuellement un groupe peu inventorié du fait de leur faible détectabilité. En Île-de-France, région densément peuplée et urbanisée, les problématiques de régression et de fragmentation des habitats naturels, premières causes de déclin des mammifères impactant leur répartition et leurs déplacements, sont particulièrement importants. Pour orienter les décisions et prioriser les actions, il est nécessaire de mettre en évidence le statut de conservation des espèces. 

(Rapport) Etat des lieux des connaissances sur les mammifères non volants en région Île-de-France et évaluation des passages contraints du SRCE

Ce travail propose un premier état des lieux des connaissances sur les mammifères, hors chiroptères, en Île-de-France réalisé en trois volets : (i) rassembler les connaissances des principaux détenteurs de données et identifier les espèces prioritaires en termes de connaissance, (ii) mettre en évidence la répartition, les tendances des populations d’espèces, ainsi que les variables paysagères influençant l’utilisation du territoire en s’appuyant sur le cas particulier des mustélidés, groupe à forts enjeux de conservation, et (iii) s’attacher enfin spécifiquement aux problématiques de fragmentation par les infrastructures en étudiant l’utilisation de passages « contraints » au niveau des infrastructures de transport, identifiés par le Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) comme stratégiquement placés sur des corridors de déplacements d’espèces, par piégeage photographique.

Sur les 47 espèces franciliennes, 17 apparaissent sous-évaluées : il s’agit majoritairement de micromammifères, y compris communs, du fait de la difficulté à les détecter, mais aussi d’espèces plus rares comme les Gliridés (Lérot, Loir gris, Muscardin), voire exceptionnelles comme le Chat sauvage, ou encore d’espèces en régression, comme l’Hermine. Le déclin d’espèces communes (Hérisson, Taupe, Lapin en milieux ouverts) est également observé, comme celui d’autres mustélidés (Belette, Putois). Ce dernier groupe utilise différemment les habitats disponibles sur le territoire : la Fouine semble particulièrement adaptée au milieu urbain, la Martre reste cantonnée aux massifs forestiers éloignés du cœur d’agglomération, tandis que le Blaireau et le Putois se révèlent plus ubiquistes.

Enfin, l’évaluation des passages contraints révèle que la moitié des ouvrages étudiés identifiés par le SRCE et étant les seuls supposés permettre aux animaux de franchir de grandes infrastructures, ne sont pas utilisés par la faune. Les ouvrages supérieurs spécifiquement aménagés pour la faune sont par contre très efficaces pour rétablir des corridors de déplacements d’espèces, de même que certains passages inférieurs isolés, dès lors qu’ils sont également dédiés à la faune. Cette étude fournit les éléments de base pour l’élaboration future d’une liste rouge des mammifères, hors chiroptères, d’Île-de-France et apporte les premières recommandations issues de vérification de terrain des actions à mener dans le cadre du SRCE, document qui vise à orienter les aménagements permettant de rétablir les corridors régionaux dans un objectif de rétablissement du fonctionnement des métapopulations d’espèces.

informations complémentaires
Catégorie de la ressource: 
Ressources naturalistes
Année de la ressource: 
2014
Auteur(s) : 
Nathalie De Lacoste
Citation recommandée: 
De Lacoste N., 2014. Etat des lieux des connaissances sur les mammifères non volants en région Île-de-France. UPMC Sorbonne Université, MNHN, ARB îdF. 60 pages