Note rapide | Les communes franciliennes s’engagent pour le "zéro pesticides" (2019)

Depuis le 1er janvier 2017, les gestionnaires publics ont l’interdiction d’utiliser des produits phytosanitaires issus de la chimie de synthèse pour l’entretien des voiries (sauf raisons de sécurité), espaces verts, forêts et promenades accessibles ou ouverts au public. Plus de deux ans après l’application de la loi, l’indicateur publié par l’ARB îdF permet d’évaluer ses effets. Les communes franciliennes ont-elles franchi le pas du « zéro pesticides total » ? Certaines vont-elles plus loin même que le législateur ?

Note rapide zéro pesticides

En 2012, le gouvernement a promulgué une série de lois visant à interdire l’utilisation de substances chimiques dans l’espace public : loi Labbé modifiée par l’article 68 de la LTE et la loi Pothier. Initié en 2011 par l’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France (ARB îdF), l’indicateur « objectif zéro pesticides en Île-de-France » recense l’état des pratiques des collectivités franciliennes sur les espaces dont elles ont la responsabilité (en régie ou via un prestataire de services) en matière d’usage ou de non-usage de pesticides. Il permet de poursuivre deux objectifs : valoriser celles qui se sont affranchies de ces pratiques très impactantes pour la santé humaine et l’environnement, et aider celles qui n’ont pas encore réussi à les arrêter.

Depuis le lancement de l’indicateur, 88 % des communes franciliennes (1 118 sur 1 268) ont au moins renseigné une fois leurs pratiques. Les données ainsi récoltées, qui s’étalent de 2011 à 2019, établissent quatre niveaux de pratique pour les collectivités renseignées :

  • zéro pesticides total : la collectivité n’utilise plus de pesticides sur les espaces dont elle a la gestion ;
  • zéro pesticides sauf espaces à contraintes : les pesticides sont encore utilisés dans la gestion des terrains de sport et/ou des cimetières, mais plus sur la voirie et les espaces verts ;
  • réduction engagée : recours aux pesticides autorisés dans le cadre réglementaire pour gérer la voirie et/ou les espaces verts, mais orientation vers un arrêt de leur usage ;
  • usage habituel : pas d’intention d’arrêter ou réduire l’utilisation des pesticides.

Ces données permettent également d’établir l’état des pratiques d’usage des pesticides selon la typologie des espaces publics gérés : voirie, espaces verts, terrains de sport et cimetières. Enfin, l’ancienneté de l’indicateur donne également une idée de l’évolution des pratiques et identifie les espaces pour lesquels l’arrêt de l’usage des produits phytosanitaires reste difficile.

informations complémentaires
Catégorie de la ressource: 
Ressources techniques
Année de la ressource: 
2019
Auteur(s) : 
Jonathan Flandin
Citation recommandée: 
Note rapide | Les communes franciliennes s’engagent pour le « zéro pesticides » (2019)
ISSN : 
1967-2144
randomness