Données | ECOMOS : La cartographie des milieux naturels franciliens

L'ARB îdF et l’IAU-îdF publient la mise à jour de la cartographie des milieux naturels franciliens : Ecomos 2008. Fruit d’une collaboration étroite entre ces deux organismes, Ecomos 2008 est l’analyse de photographies aériennes (2008 -2009). 

Répartition et diversité des milieux naturels en Île-de-France Source : Ecomos 2008 : IAU îdF, ARB îdF

Mesurer la pression sur les milieux naturels 
Le territoire de l’Île-de-France concentre activités économiques (29 % du PIB national) et population (19 % de la population métropolitaine). Il connaît une évolution de son occupation du sol très rapide. Mais si les espaces artificialisés (habitats, industries, infrastructures de transport) occupent 23% du territoire, l’agriculture couvre 50% du territoire. Les forêts et les espaces semi naturels occupent pour leur part 27% du sol francilien. Pollutions, fragmentation des espaces, dérangement d’espèces sauvages, les pressions sur ces milieux naturels sont, de fait, très importantes.
Dans ce contexte, la Région Île-de-France a pour objectif de limiter la consommation d’espaces naturels, de préserver et de remettre en état les continuités écologiques au travers de la mise en œuvre du Schéma Directeur de la Région Ile-de-France et du Schéma Régional de Cohérence Écologique.

Une évolution en demi-teinte 
La cartographie des espaces naturels est essentielle pour établir un état des lieux précis et assurer le suivi. En 2004, à partir d’images de 2000, une première cartographie détaillée des milieux naturels à l’échelle du 1/2 500, était réalisée par l’IAU-îdF Cette cartographie, utilisée par un grand nombre d’organismes (collectivités locales, PNR mais aussi MNHN, Universités et bureaux d’études) est aujourd’hui mise à jour.
Le constat dressé par Ecomos 2008 est mitigé : d’une manière générale les milieux artificialisés progressent. Les vergers ont fortement diminué, au profit de surfaces en herbe qui augmentent globalement, en raison notamment du développement de pâtures à chevaux. Tous les milieux naturels ouverts, pourtant déjà rares, comme les pelouses sèches, les landes et la végétation humide régressent au profit d'un boisement progressif, en particulier de feuillus. Enfin les surfaces en eau progressent par exemple par apparition de gravières sur d'anciennes terres agricoles." 

Les nouveautés de la carte 
Ecomos 2008 prend en compte de nouveaux espaces à caractère semi naturels qui représentent de forts enjeux pour la nature en ville tels que les berges, les parcs et jardins ou les grands espaces de sports et loisirs de plein-air. A cette occasion la nomenclature a été révisée et décrit en 124 postes de légende les milieux naturels franciliens, elle intègre également les seuils de recouvrement de la végétation en conformité avec les systèmes nationaux et internationaux (Inventaire Forestier National, Corine Land Cover).
Ecomos 2008 est totalement complémentaire et cohérent avec Ecoline, la cartographie des éléments de biodiversité des paysages ruraux, réalisée également par l’IAU-îdF et Natureparif ainsi qu’avec le Schéma environnemental des berges des voies navigables d’Ile-de-France et la cartographie Mos2008 de l’IAU-îdF. 

informations complémentaires
Catégorie de la ressource: 
Ressources techniques
Année de la ressource: 
2015
randomness