Retour sur la journée pédagogique « Bâti et biodiversité » (2016)

L'Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France (ARB îdF) organisait mardi 5 avril 2016 à Rosny-sous-Bois une journée de formation pour les animateurs nature sur le thème « Bâti et biodiversité ».

Retour sur la journée pédagogique « Bâti et biodiversité » (2016)

L'Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France (ARB îdF) organisait mardi 5 avril 2016 à Rosny-sous-Bois une journée de formation pour les animateurs nature sur le thème « Bâti et biodiversité ».

Pour les participants, l'objectif était de consolider leurs connaissances sur la biodiversité et sa nécessaire prise en compte dans les opérations d’aménagement et de construction. Après une matinée de présentation des enjeux, ils ont effectué une visite de l’école des Boutours, véritable démonstrateur d’écologie urbaine réalisé par la commune de Rosny-sous-Bois et l’architecte Emmanuel Pezrès, cheville ouvrière du projet.

La biodiversité vient aujourd’hui compléter les approches de construction durable en apportant une dimension nouvelle, qui dépasse les seules considérations énergétiques. L'Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France (ARB îdF) travaille depuis plusieurs années à développer des outils pour accompagner les maitres d’ouvrage et d’œuvre en ce sens. Alors qu’en 10 ans, l’urbanisation a progressé de 19% en France, les études scientifiques montrent les bénéfices apportés par plus de nature : accroitre la végétation urbaine améliore la qualité de l’air et protège de l’effet d’îlot de chaleur. Préserver des sols vivants et perméables prévient les inondations. Restaurer les habitats de certaines espèces, comme les pollinisateurs sauvages, est aussi un moyen de se prévenir intelligemment des pathogènes dans le cadre des changements climatiques. Cette  nature en ville est enfin une composante essentielle de la qualité de vie et de la santé des citadins.

La matinée en salle visait à présenter les enjeux, à chaque échelle, de l’intégration de la biodiversité dans un projet.

De nombreuses initiatives voient le jour. Elles montrent que pour réussir un projet respectueux de la biodiversité, la phase de diagnostic écologique constitue en premier lieu une étape incontournable. Selon le contexte local, les innovations apportées par la biodiversité sont multiples. Elles concernent entre autre la végétalisation, que ce soit des espaces attenants au bâtiment, ou des toitures et des murs qui représentent des surfaces supplémentaires pour accueillir la nature. Cela passe aussi par la mise en place d’aménagements pour accueillir la faune sur le bâti comme des nichoirs ou des abris à insectes. Mais pas seulement, puisque les possibilités d’amélioration concernent aussi la limitation de l’imperméabilisation des sols par des revêtements drainants, voire par la construction de bâtiments sur pilotis sans fondations, une action qui permet aussi de préserver le cycle des eaux pluviales. Il existe enfin une marge de manœuvre importante concernant la limitation des clôtures infranchissables pour la petite faune, c’est ce qu’on appelle la trame verte urbaine ! Enfin, un des challenges pour les opérations de rénovation est de tenir compte des matériaux utilisés et de leur impact sur la biodiversité « grise ». Par analogie avec l’énergie grise, la biodiversité grise correspond aux impacts des matériaux de construction sur l’ensemble de leur cycle de vie. Pour réduire ces impacts, il n’y a pas de solution unique. Mais les initiatives actuelles montre que cela impliquerait de favoriser le recours à des entreprises locales de production de matériaux et de les diversifier, pour limiter la pression sur une seule ou quelques ressources). Cela passe aussi par le renforcement des filières de recyclage des déchets du BTP notamment en milieu urbain, mais aussi le développement des filières de matériaux issus de l’agriculture, que l’on appelle les matériaux bio-sourcés dont les filières émergent actuellement comme le lin, le chanvre ou la paille et dont la qualité s’est avéré réaliste dans de nombreux projets de construction.

Un retour d’expérience concret a clôturé la journée puisque les participants ont pu visiter l’école des Boutours à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). L’architecte du projet, Emmanuel Pezrès, a effectué la visite guidée et présenté les atouts de l’école : toiture végétalisée et en agriculture urbaine, végétalisation de la cours d’école avec des plantes locales et des plantes comestibles. Le bâtiment est par ailleurs constitué entièrement de matériaux bio-sourcés, de la structure est en bois et en paille jusqu’aux peintures 100% végétales ! Au-delà des prouesses technique, le projet s’inscrit dans une démarche d’intérêt collectif, a stimulé la participation des riverains et est utilisé comme support pédagogique pour l’observation, la formation, notamment des enfants.

 

Clip : Bâtiment et biodiversité. Et si l'on pensait les villes et les bâtiments comme des écosystèmes.