Biodiversité et Services Ecosystémiques en Agriculture Urbaine (BiSEAU)

11/07/2019 - 16:29

L’agriculture urbaine connaît un essor remarquable en Île-de-France depuis les 10 dernières années. Dès 2014, l’Agence Régionale de la Biodiversité en Île-de-France (ARB-îdF) a choisi d’accompagner ce mouvement en évaluant notamment l’impact de l’agriculture urbaine sur la biodiversité.

C’est dans ce cadre que l’ARB-îdF a mis en œuvre, à partir de 2018, l’étude BiSEAU (Biodiversité et Services Ecosystémiques en Agriculture Urbaine) afin d’évaluer la richesse de la diversité biologique sur 21 sites en agriculture urbaine franciliens.

D’une durée de trois ans, ce projet permettra de mieux comprendre la contribution des espaces sélectionnés (jardins collectifs/partagés et micro-fermes urbaines) dans le maintien de la biodiversité en ville ainsi que les fonctions écologiques et services écosystémiques qu’ils fournissent.

Jusqu’en 2020, trois campagnes d’inventaires taxonomiques et d’analyses seront donc menées sur les 21 sites choisies, tous situés à Paris et en petite couronne (75, 92, 93, 94). Ce travail sera couplé à un relevé des pratiques de conception et de gestion des sites.

Deux des protocoles utilisés pour cette étude appartiennent à des programmes de sciences participatives (Vigie-Flore, Spipoll) à la fois pour sensibiliser les gestionnaires des sites inventoriés en effectuant des protocoles qu’ils peuvent reproduire, mais également dans le but de pouvoir bénéficier de données comparables avec d’autres sites de nature en ville et d’autres milieux franciliens.

Les protocoles utilisés pour l'étude

Sur chaque site étudié, plusieurs protocoles sont effectués au cours des deux passages annuels.

Flore

Protocole Vigie-flore / Florilèges – Prairies urbaines (Vigie Nature, CBNBN, ODBU, Plantes et Cité) : Inventaire par 10 quadrats de 1m² de la flore vasculaire. Ce protocole est réalisé une fois par an sur chaque site, en deux répliquats (un en zone cultivée et un en zone annexe).

Faune

Protocole Spipoll (suivi photographique des insectes pollinisateurs) : Relevé photographique en session de 20 min de l’ensemble des pollinisateurs visitant une fleur ou un massif floral. Le choix des fleurs s'effectue en fonction de leur représentativité à l'échelle du site. Trois relevé sont effectués lors du premier passage, sur trois espèces différentes, et un relevé est effectué lors du second passage (trois semaines d'intervalle entre les deux passages). Le protocole Spipoll permet également d'étudier les interactions plantes-pollinisateurs.

Protocole Arthopodes : Relevé à vue des arthropodes du sol, à l'aide d'un aspirateur à bouche, pendant des sessions de 9 min + 1 mn de filet fauchoir. Ce protocole, qui n'est pas un protocole de science participative, est effectué une fois par passage. Les individus prélevés sont ensuite identifiés en laboratoire.

Sol

Analyses par fluorescence X portable (pXEF) : En partenariat avec le Cerema, ce protocole permet d'avoir la composition physico-chimique des sols étudiés. Dix prélèvements sont effectués en 2019, à l'aide d'une tarière, puis mélangés pour n'en prélever que 500 gr qui seront ensuite analysés dans les laboratoires du Cerema par fluorescence X. Ce protocole permet notamment d'avoir des informations sur les éléments de fertilité du sol ainsi que sur les métaux lourds.

Observations opportunistes

D'autres taxons pouvant fréquenter les sites en agriculture urbaine ne sont pas spécifiquement inventoriés, mais sont notés par les naturalistes qui se rendent sur le terrain. 

 

La cartographie des sites étudiés

Repères : 

BiSEAU se rattache à deux autres programmes :

- GROOVES (Green ROOfs Verified Ecosystem Services), une étude initiée par l’ARB-IdF en 2017 pour trois ans, qui s’intéresse à l’intérêt des toitures végétalisées pour la biodiversité et leur capacité à délivrer un cortège de services écosystémiques (stockage carbone, rétention d’eau, …).                                                                 

- SEMOIRS (Evaluation des Services Ecosystémiques rendus par les MicrO-fermes urbaInes et leuRs Sols) : L’objectif de SEMOIRS (2018-2019) est d’évaluer les services écosystémiques rendus par les micro-fermes urbaines, en considérant plusieurs services : support de  biodiversité, approvisionnement, régulation et services culturels, afin d’apporter aux acteurs de la ville des éléments pour une meilleure gestion de cette forme d’agriculture urbaine et de leurs sols.
Le projet porte sur six micro-fermes suivies en continue sur deux années. Toutes illustrent la diversité de cette forme d’agriculture urbaine (importance relative de la production alimentaire et d’autres activités, type  de sols sur lesquelles elles sont développées…), localisées à Paris ou en Petite Couronne, unité territoriale du projet.

Contact: 
Chargé de projets Agriculture urbaine
01 77 49 76 20
randomness