Biodiversité confinés jour 12 : la Corneille noire

08 avril 2020ContactMaxime Zucca

Chaque jour, notre ornithologue Maxime Zucca, vous invite à apprendre à reconnaître une espèce parmi la faune visible depuis nos fenêtres, en ces temps de confinement, afin que même les plus urbains d'entre nous, ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir profiter d'un jardin ou même d'un balcon, puissent se reconnecter à la nature. Et vous vous rendrez compte que, même au coeur des grandes villes, il y a des choses à observer que nous ne prenons habituellement plus le temps de voir !

(Presque) chaque jour, un oiseau visible depuis nos fenêtres de confinés. 

Intelligente mais mal aimée : je vous présente la Corneille noire. Oui, mal aimée : elle est traquée, tirée, parfois accrochée à des bouts de ficelle en guise d’épouvantail. Elle est un des boucs-émissaires des névroses humaines : on n’aime pas son cri, sa couleur, son vol, on en a peur depuis Hitchcock, elle mange nos grains, nos bêtes (et pourquoi pas nos enfants, alors ?)

Corneille ou corbeau, d’ailleurs ? Celui qu’on appelle le Corbeau, c’est le freux, qui vit à la campagne – et dans quelques villes. Il y a aussi le Grand Corbeau, surtout montagnard, ou près des falaises côtières. La Corneille noire se rencontre dans tous les milieux. Le freux a la base du bec blanc et des reflets plus pourpres :

On en tue près de 400 000 par an. Pas pour les manger : pour les réguler. Ça ne sert à rien, mais ça semble faire plaisir. Là où elle est, les autres oiseaux trépassent. C’est pour cela qu’ils déclinent, on a trouvé le coupable idéal. Mais non : la grande majorité des études disent le contraire : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/ibi.12223

Les corneilles immatures forment de grands groupes sociaux. Avant de se reproduire à l’âge de 2 ans, les corneilles se déplacent en grands bandes : ce sont elles qui causent quelques dégâts aux cultures. Ce sont des groupes très mobiles. On aura beau leur tirer dessus, ils sont rapidement remplacés par d’autres.

Une étude est en cours à Paris pour comprendre leurs déplacements : avez-vous vu des corneilles baguées ? Ce programme existe depuis 5 ans à Paris, conduit par @FJiguet. Une Corneille parisienne a été retrouvée (tirée..) vers Troyes (10), une autre vers Epernay (51). Regardez bien leurs pattes ! Voici Corvus Bond

Rendez-vous sur ce site pour en savoir plus : http://corneilles-paris.fr/

Il est vrai que les corneilles sont d’apparition récente à Paris : la première reproduction n’y remonte qu’aux années 70. Il y a désormais environ 500 couples nicheurs – deux fois plus que les pies. On la trouve dans toutes les villes de France mais son installation est plus récente encore dans les villes méditerranéennes.

Ailleurs en Europe, la colonisation des villes s’est également produite dans les années 70.

Au début, elles nichaient surtout dans les parcs, puis elles se sont habituées aux rues. Maintenant il est assez fréquent de voir des corneilles venir chercher leur nourriture sur le trottoir.

Si on connaît bien leurs croassements, elles peuvent effectuer de sortes de gazouillis et différents cris, dont celui-ci, qui s’apparenterait peut-être à un chant en période de reproduction : https://www.xeno-canto.org/536052.

Le plan Vigipirate de 1995 a été une aubaine pour elles : en remplaçant les vieilles poubelles plastiques vertes par des poubelles à sac, c’est devenu le self-service des corneilles ! Car elles mangent vraiment de tout : animaux morts ou vivants, déchets alimentaires, végétaux...Certaines pêchent même les poissons !

Désormais elles sont recouvertes de plastique dur pour l’éviter. Vous avez peut-être remarqué en ville la présence de Corneilles à ailes en partie blanches ? C’est vraisemblablement dû à une carence alimentaire en lysine lors de la croissance, les corneilles urbaines étant adeptes de junk food même parfois pour leurs jeunes...

A Paris, les corneilles mangent s’attaquent fréquemment aux pigeons et à d’autres oiseaux, et elles nettoient les cadavres de rat et de pigeons écrasés dans les rues.

Cette capacité d’adaptation en ville se retrouve dans les matériaux utilisés pour les nids et leur support, mais aussi, parfois, pour des comportements étonnants : les corneilles de Tokyo déposent leurs noix sur les passages piétons pour que les voitures les écrasent et pouvoir venir les manger au feu rouge !

https://www.youtube.com/watch?v=Ga2Rn_vnLbI

Les corneilles sont assez joueuses, elles adorent se poursuivre en vol, se suspendre aux branches... Cette vidéo, qui concerne l’équivalent de la Corneille noire dans l’Est et le sud de l’Europe, la Corneille mantelée, en montre une qui s'amuse à faire de la luge :

https://www.youtube.com/watch?v=dR0Ptvpw66E

On peut les observer transporter les branchages pour construire leur nid en ce moment. Vous trouverez facilement ces derniers, en ce moment dans les arbres d’alignement dénudés des rues et des parcs, la couveuse se trahissant par sa queue qui dépasse. Les premières pontes ont lieu dès maintenant.

 

Les jeunes corneilles restent un mois au nid avant de s’envoler. A cette période (mai-juin), les adultes peuvent se montrer agressifs pour défendre leur progéniture. Quelques rares cas d’attaques ont été rapportées : des vols d’intimidation, mais occasionnellement, des coups de bec !  

En tout cas, mieux vaut ne pas aller les dénicher : une expérience a montré que les corneilles reconnaissaient très bien les visages humains, et qu’elles en gardaient la mémoire pendant... 3 ans ! Regardez cette expérience menée en utilisant un masque pour aller les embêter. Elles s’en souviennent !

https://www.youtube.com/watch?v=bOkj7lJpeoc

Je vous avais montré un merle qui avait de petits soucis de mue : cette corneille « vautour » aux Tuileries, qui a perdu toutes les plumes de la tête d'un coup, n'est-elle pas magnifique ??

 

En tout cas, n’hésitez pas à profiter du confinement pour mieux observer les corneilles, elles en valent la peine !

Et je laisse le mot de la fin à ceux à qui cette photo prise par Thierry Bara inspire une courte fable !  

Nous remercions la LPO Île-de-France et ses membres pour leurs photos qui nous permettent d'illustrer certains de nos propos.

Cette page est reliée aux catégories suivantes :
Pédagogie et sensibilisation | Faune